des femmes et des hommes souhaitent me parler...


...parce qu'ils ne respectent pas mon droit de ne pas être leur béni-oui-oui ou parce qu'ils voudraient me dicter un article

Tellement de journalistes couchés (voir l'essai de monsieur Daniel Carton, la référence "Bien entendu... c'est off")


Je ne suis pas au service des attachées de presse, même quand elles pensent qu'appartenir à un grand groupe leur donne les moyens de contrôler l'information.

Je ne suis pas au service des politiques, qui pensent peut-être parfois pouvoir m'utiliser quand ils sont en quête de voix...


Naturellement, après tout article, DANS LES TROIS MOIS, les personnes ou sociétés chroniquées peuvent présenter un DROIT DE REPONSE qui sera affiché conformément aux pratiques de la profession.

Après, naturellement, je reste à l'écoute pour tout changement dans les données qui m'ont inscité à écrire ce qui fut écrit.


Les petites ou grandes pressions des notables, veuillez les présenter PAR ECRIT POSTAL signé, à Jean-Luc Petit - BP 17 - 46800 MONTCUQ - FRANCE


PARLER au TELEPHONE ? Vous pouvez me le demander. Mais le plus souvent je renvoie sur une page (le blabla des attachées de presse et assimilées, j'ai passé l'âge)


Naturellement, certaines données des pressions sont conservées et transmises.


Si vous faites des affaires, veuillez respecter le travail des écrivains qui ne sont pas à votre service. Je peux rire de vos travers !...


Message général dont l'ensemble des points ne sont pas forcément destinés à la personne renvoyée sur cette page. Trouvez ce qui vous revient !

Stéphane Ternoise,
JOURNALISTE.ME, d'abord écrivain